25-09-2006

Acte II Scène 10 : La légende de Keyser Söze (âmes sensibles s’abstenir)

scène 10
 
Verbal et les deux flics à nouveau dans la salle d’interrogatoire.
 
VERBAL, lentement
On pense qu’il est turc. Certains disent que son père est allemand. Personne ne croyait vraiment qu’il était réel. Personne ne l’avait jamais vu, ou connu quelqu’un qui avait travaillé directement pour lui, mais à entendre Kobayashi, n’importe qui pouvait avoir travaillé pour Söze. Vous ne pouviez jamais savoir. C’est son véritable pouvoir. Le plus formidable tour que le Diable ait jamais joué, c’est de faire croire qu’il n’existait pas…(il a un léger rire)
Bref, l’histoire qu’on m’a racontée ( et que je crois) s’est passée quand il était en Turquie. Il y avait un gang de Hongrois qui voulait lui piquer son business. Grave erreur. Ils ont réalisé que le vrai pouvoir c’était pas d’avoir des armes, de l’argent, ou de manipuler les flics…le vrai pouvoir c’est quand vous êtes capable de faire ce que les autres ne feront jamais.
Ils avaient organisé pour Keyser Söze un rendez-vous bidon avec un client bidon ; il est allé à ce rendez-vous, il s’est pas méfié. Et pendant ce temps, trois hongrois sont allés chez lui. Ils ont trouvé sa femme et ses cinq enfants. Le plus petit avait un an. Ils ont violé sa femme, ont tout cassé dans la maison et …ont attendu qu’il rentre.
Et il est rentré le soir. Il a trouvé sa femme prostrée dans un coin, ses enfants terrifiés.
Ils lui ont dit ce qu’ils avaient fait à sa femme ; qu’ils s’étaient bien marrés.

Et puis, …devant lui, un des hongrois a attrapé un des gamins, qui devait avoir environ cinq ans, et lui a tranché la gorge en souriant. Sa femme s’est mise à hurler. Le hongrois a ensuite brandi son rasoir plein de sang et attrapé un autre enfant.
 
Et là seulement … ils lui ont dit qu’ils voulaient son territoire. Son business. Söze a regardé longuement chacun des membres de sa famille…sa femme ( sa voix se voile) et les enfants qu’ils avait encore.
Et là,…là,  il  a montré à ces hommes volontaires, ce que c’était que LA volonté.
 
Il a abattu, un à un, deux des types.
Puis il s’est dirigé vers celui qui tenait son fils… et a tiré sur l’enfant. OUI, son propre enfant. Il l’a tué de ses mains.
Puis sur un autre, et encore un autre, jusqu’au bébé qu’il a descendu dans son berceau.
 
(il s’arrête pour jauger de l’effet de ses paroles)
Rig et Baer n’en croient pas leurs oreilles.
 
 Il a dit au Hongrois qu’il préférait voir toute sa famille morte plutôt que de leur céder. Il s’est dirigé vers sa femme , qui pleurait et hurlait de douleur et de chagrin. Il a posé l’arme sur son front… et a tiré.
 
Après çà…Il a laissé le dernier hongrois vivre et partir. Pas par pitié…oh non.
Il a enterré sa femme et ses enfants et s’est mis à la recherche du dernier hongrois et du reste de la bande. Il les a trouvés, bien entendu. Il a tué leurs enfants , il a tué leurs femmes, leurs frères, leurs sœurs, leurs cousins, leurs parents et les amis de leurs parents.
 
Verbal fait une pause ; il est comme hypnotisé.
 
Il a brûlé leurs maisons, les endroits où ils travaillaient ,il a tué leurs amis, il a tué leurs ennemis,  il a tué les types qui leur devaient de l’argent. Mais il les a laissé vivre, eux. Pour que jamais, JAMAIS, ils n’oublient le nom de Keyser Söze. Pour qu’ils se souviennent qu’on ne vient pas impunément menacer le territoire de Keyser Söze. Pour qu’ils aient en mémoire, jusqu’à la fin de leur vie, le visage de leurs proches, déformé par les tortures de Keyser Söze…
Pendant des semaines, ça a été une déferlante de rage et de haine et de sang. Et d’un coup, pfft….il a disparu. Disparu de la surface du monde. Personne ne l’a plus jamais vu. Il est devenu un mythe, une légende, une histoire à faire peur, le père fouettard . ( singeant un père en colère : ) Si tu ne manges pas ta soupe, Keyser Söze va venir te chercher !
 
C’est le Démon.
 
Un silence.
 
 
Noir.
 

Publié par theatrefeuilleton dans Non classé | RSS 2.0

2 Réponses à “Acte II Scène 10 : La légende de Keyser Söze (âmes sensibles s’abstenir)”

  1. greg dit :

    sa c du mythe

  2. dapozzo dit :

    Je relirai tranquille, bien bravo…. tu as tenté d’en faire quelque chose de concret avec comédiens ?

Laisser un commentaire

Art,Sculptures |
deuxc.com |
Eric Boldron,articles... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les créations de Bettyboop
| ART-US
| POEMES